Rencontres pour les chiens et leurs maîtres

Tueurs en série, escrocs célèbres, malédictions

La construction en briques de bois

Success stories, fortunes, jackpots, trésors

Les drones dans notre quotidien

Tous les aphrodisiaques

Se soigner avec les couleurs

Coeur artificiel Marché



Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité au monde (30% en 2005) devant le cancer. En Europe, elles sont responsables de près de la moitié des décès (49% en 2005). Le marché potentiel est donc énorme. Chaque coeur artificiel Carmat coutera entre 140 000 et 180 000 euros, ce qui, comparé aux dépenses liées à la greffe, pourrait ne pas être excessif. La société Carmat a séduit la Commission européenne, qui lui a accordé une aide de 33 millions d'euros. La Ministre de la recherche Valérie Pécresse a également rendu hommage à cette PME lors de l'inauguration de sa salle blanche.

Hormis le côté humain de l'entreprise pour sauver ou prolonger des centaines de millers de vies, il y a l'aspect financier qui aiguise les appétits suite à la mise en bourse de Carmat SAS. Après 20 ans de recherche, l'entreprise en arrive aux expérimentations cliniques et les premières greffes sont prévues fin 2011.

Capital Carmat SAS

La société Carmat est entrée en bourse en juillet 2010 telle une start up. L'action était aux environ de 22 euros. AU 12 juillet 2011, l'action est à 181 euros à 14h45 heure de Paris !!!

CARMAT FR0010907956 - ALCAR 181.13 EUR +6.07% Nyse Euronext Temps réel

Elle a même annoncé ce jour une augmentation de capital. Alors que cette société n' a encore rien produit ! Il est facile d'imaginer le retentissement médiatique qu'aura le résultat positif de la première implantation d'un coeur artificiel.

Si les premiers implants sont un succès, ce que tout le monde souhaite, le marché en vue deviendra gigantesque. Il est fort à parier que les concurrents américains tels Cardiowest et Abiomed vont mettre le turbo, si ce n'est déjà le cas, pour rattraper leur retard et se positionner sur ce segment qui s'avère juteux.

Plus avant on peut gager que les pays émergents à technologie avancée tels la Chine et l'Inde vont étudier sérieusement ce marché et si ils parviennent à des résultats forcément moins chers, la concurrence s'annoncera féroce.
Ceci concerne évidemment les pays ayant un système de santé et une sécurité sociale valables. Néanmoins, toutes les personnes des pays du tiers monde qui en auront les moyens, et il y en a beaucoup, et qui auront besoin d'une transplantation sont déjà des clients en puissance.

Que la finance et la recherche sachent s'allier pour soigner les gens malades est un bien pour tous. Mais l'expérience montre, voir les laboratoires pharmaceutiques, que le pouvoir de l'argent reste toujours le plus fort.

S'il y a une guerre du coeur artficiel, elle sera avant tout financière.