Rencontres pour les chiens et leurs maîtres

Tueurs en série, escrocs célèbres, malédictions

La construction en briques de bois

Pierres fines, précieuses, collection

Peine de mort, pour ou contre, votez.

Tous les aphrodisiaques

Se soigner avec les couleurs

J.K. Rowling



J.K. RowlingJoanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la saga Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 65 langues5 ont été vendus à plus de 400 millions d'exemplaires.
Jeune mère divorcée vivant d’allocations, elle a commencé à écrire Harry Potter à l'école des sorciers en 1990 et a dû attendre de longues années et l'aide d'un agent littéraire, Christopher Little, avant que son livre ne paraisse en 1997 chez Bloomsbury. Le succès planétaire des six tomes suivants ainsi que des hors-série lui ont permis d'acquérir une fortune estimée en 2008 par le Sunday Times à 560 millions de livres (environ 590 millions d’euros ou 825 millions de USD) ; et d'apporter sa contribution à de nombreuses associations caritatives luttant contre la maladie et les inégalités sociales. Elle devient ainsi une philanthrope reconnue en co-fondant notamment le Children's High Level Group8.
Anne Rowling, née Volant (1945-1990), d’origine française et Peter Rowling (né en 1945), tous deux londoniens, se sont rencontrés lors d'un trajet en train entre King's Cross et Arbroath, en Écosse, à l'âge de dix-huit ans. Peter Rowling partait alors rejoindre les rangs de la Royal Navy, et Anne ceux du Women’s Royal Naval Service, l'équivalent féminin. Après avoir quitté la marine, ils se sont installés dans les faubourgs de Bristol, dans l'ouest de l'Angleterre et se sont mariés en mars 1965.
Quatre mois plus tard, le 31 juillet 1965, Anne Rowling donne naissance à Joanne (« Jo ») alors qu'elle n'a que vingt ans. Sa petite sœur, Dianne (« Di »), vient au monde environ deux ans plus tard, le 28 juin 1967. En 1969, la famille Rowling part s'installer à Winterbourne, toujours dans les faubourgs de Bristol, dans une maison un peu plus grande. Les deux sœurs passent beaucoup de temps à jouer dans l'épicerie dont Kathleen et Ernest Arthur Rowling, leurs grands-parents paternels, étaient propriétaires. Elles jouent également avec les autres enfants de leur nouvelle rue, et notamment avec un frère et une sœur dont le nom de famille était Potter. Joanne aimait ce nom, plus que le sien. Elle avoue cependant que le garçon portant ce nom n'a nullement influencé son célèbre personnage à lunettes. À l'école primaire St Michael de Winterbourne, Joanne décrit l'environnement comme étant « détendu » et lui convenant parfaitement dans la mesure où elle y faisait beaucoup de poterie, de dessin et de rédactions.
Elle écrit son premier récit complet à l’âge de six ans. Il s’agit de l’histoire d’un lapin, intitulée Rabbit. Son directeur d'école, Alfred Dunn, fut plus tard sa principale source d'inspiration pour le personnage d'Albus Dumbledore.
En 1974, lorsque Joanne a neuf ans, ses parents décident de partir vivre à la campagne et la famille déménage à Tutshill, un petit village bordant Chepstow, au Pays de Galles, dans une maison appelée « Church Cottage ». Fait intéressant, Tutshill est au bord de la forêt de Dean, l'une des plus grandes forêts de la Couronne d'Angleterre et berceau de l'écrivain Dennis Potter. Ce dernier déménagement coïncide avec la mort de sa grand-mère Kathleen. Cet évènement l'a beaucoup attristée car elle en était très proche. Plus tard, elle choisira d'inclure l'initiale de son prénom dans son pseudonyme : le "K" de J.K. Rowling. Joanne intègre une vieille école de campagne, à Tutshill, où elle ne se plaît pas du tout. « Nous étions assis toute la journée face au tableau noir, derrière des bureaux à cylindre comportant de vieux encriers. Le mien possédait même un deuxième trou creusé à la pointe de compas. [...] J'ai trouvé que c'était une sacrée réussite et je me suis mise à agrandir ce trou avec l'aide de mon propre compas. (J. K. Rowling) »
C'est aussi dans cette école qu'enseignait le professeur Sylvia Morgan, une femme très stricte qui terrorisait Joanne en plaçant les enfants dans la classe en fonction de l'intelligence qu’elle leur prêtait : les plus brillants à gauche, les plus stupides à droite. « J’étais aussi loin à droite qu’on pouvait l’être sans être assise dans la cour de récréation », se souvient Joanne. L'auteure précise dans son autobiographie que, peut-être pour compenser la beauté de sa sœur Dianne, ses parents avaient pourtant décidé qu'elle devait être la fille brillante. Ces étiquettes agaçaient beaucoup les deux sœurs et ont probablement contribué au fait qu'elles aient passé beaucoup de temps à se battre comme « une paire de chats sauvages enfermés dans une cage ».

J.K. Rowling suite 2...