Rencontres pour les chiens et leurs maîtres

Tueurs en série, escrocs célèbres, malédictions

La construction en briques de bois

Pierres fines, précieuses, collection

Peine de mort, pour ou contre, votez.

Tous les aphrodisiaques

Se soigner avec les couleurs

Elle a gagné 2 millions d'euros au casino...
mais Francis veut sa part



Le 7 mars dernier, Marie-Hélène avait touché le jackpot au casino de Palavas-les-Flots, un peu plus de deux millions d'euros. Cette sexagénaire avait empoché cette super-cagnotte mise en réseau dans les quarante-deux casinos du groupe Partouche. Après avoir touché son chèque de 2,175 millions d'euros, Marie-Hélène avait arrosé au champagne son Mégapot, avec notamment Francis, un habitant de Palavas, âgé de 57 ans, invalide.
Marie-Hélène avait même déclaré ce soir-là: "Lui, c'est mon porte-bonheur, mon trèfle à quatre feuilles". Et depuis ce soir du 7 mars, le porte-bonheur se rebelle. Francis aimerait bien que sa relation de jeu pense à lui, lui qui a appuyé sur le bouton quand le jackpot est tombé...
Et dans la foulée, Francis a pris, lundi un avocat. Ce dernier, Me Luc Abratkiewicz, précise dans Le Parisien: Mon client "était installé sur la machine qui se trouvait à côté de celle qui allait déclencher le jackpot. Cette femme lui a demandé de jouer pour elle. Il a lancé la machine et c'est lui qui a pressé physiquement le bouton, c'est lui le déclencheur. Pour gagner ce jour-là, il fallait trois opérations. Mon client en a exécuté deux sur trois, dont celle de déclencher la chance.
La joueuse a fourni la mise. Depuis son ami n'est plus son ami. Elle ne lui parle plus. Le trèfle à quatre feuilles est devenu le dindon de la farce." L'avocat a saisi le procureur de la république. Et ce dernier a ouvert une enquête préliminaire. Du côté du casino, il n'y a qu'une gagnante, Marie-Hélène. "Nous avons une gagnante qui s'est déclarée sans ambiguïté.
Ce jour-là, personne n'a rien trouvé à redire, y compris ce monsieur qui a participé à notre petite réception pour la remise du chèque" estime Jean-Marc Masquelier, le directeur du casino de Palavas-les-Flots. Les enquêteurs de la brigade des jeux ont saisi les bandes-vidéo du casino pour visionner "le geste gagnant". L'avocat de Francis rappelle qu'en 2007, la Cour de cassation avait obligé deux joueurs au partage d'un gain du loto.